L’état des eaux

il pleuvote la pluie de printemps t’arrose mais celle d’été inonde
les gouttières et l’écoulement a dépassé la cote d’alerte

et la panique jusqu’à l’automne

la fonte des neiges depuis l’avant-printemps puis une crue constante
tu vis sous la pression des hautes eaux de leur force de cataracte

et la panique jusqu’à l’automne

dans ton golfe je patauge jusqu’aux genoux pas plus haut
couchée sur toi de mon ventre je racle le sable je m’écorche les coudes
et l’eau de ton chéneau me tombe sur la tête goutte à goutte

et de nouveau l’affolement car il pleut et les gouttières sont pleines
et je voudrais tant plonger me laisser submerger

 

Du recueil Rêve de tramway, Editions Caractères, Paris 2015
Lecture – Stéphane Excoffier; Musique –  Adam Prucnal
Traduction du polonais Alain van Crugten